OK ! c’est parti ! Nous sommes en train de changer parce que nous avons accès à plus de profondeur dans la compréhension des processus.

C’est le printemps et il est facile de regarder autour de nous pour voir comme l’herbe pousse toute seule et sans efforts. De même, notre coeur bat, nous respirons et nos ongles poussent…sans que nous ayons à y penser et sans nous demander notre avis. Ben voilà ! on constate que ça se fait sans nous, c’est l’impulsion naturelle qui est à l’oeuvre.

C’est aussi cette impulsion/ élan qui est à l’origine de nos décisions et de nos actes, même si nous croyons/avons l’impression que c’est notre intellect humain qui décide. Difficile pour lui d’intégrer cela : n’avoir aucun contrôle, sur rien. Accepter de baisser la tête devant quelque chose de bien plus grand qui est à l’oeuvre.

Le [personnage/mentalité] pèse le pour et le contre, récupère, projette, interprète justifie, répare, et blablabla (=cogitations mentales), en fonction de sa propre perception des choses, ça lui donne de l’importance. Et le paradoxe c’est que tout cela est nécessaire pour que la lassitude s’installe et que la charge mentale soit telle que grâce à la fatigue (qui est le signe que le processus de récupération mentale s’use), le mental/ego n’ai plus envie d’embrayer, n’ai plus d’énergie pour s’accrocher, se rebeller, réagir, discuter (super ! vous allez pouvoir commencer à vous relâcher et respirer vraiment)

L’image qui me vient c’est ce chevalier (votre personnage) qui se met à genoux et baisse la tête pour recevoir une forme de bénédiction. En guerrier il est parti en quête de reconnaissance, il voulait prouver sa valeur, ramener un trophée, être le premier, il a lutté, il a combattu, et après de nombreuses années à chercher, il se rend, il abdique car il a fait le tour, ou plutôt il a traversé avec courage les souffrances liées à l’emprise de son mental. Il faut dire qu’il a bien résisté parce qu’il a cru à son mental qui lui a raconté des histoires à base d’intérêt personnel et pour son développement personnel. Pourtant, il se rend à l’évidence : non, il n’aura pas ce château; non, il n’aura pas cette femme qu’il aime; non, il ne sera pas heureux parce qu’il arrive en premier, non, la richesse ne donnera aucun sens à son existence, non, ses désirs et ses besoins ne seront pas comblés par la vie. Alors il accepte cela, tranquillement et sans forcer/faire semblant/essayer d’arriver à accepter.

[Car quand on met de l’effort pour « essayer de », ce n’est pas l’élan naturel de vie qui s’exprime (car quand c’est lui, c’est simple et fluide, cf le début de l’article) c’est encore le mental qui récupère/cherche à contrôler, il a tellement peur de « perdre » son importante/légitimité qu’il récupère tout ce qu’il peut, y compris les processus.]

Revenons à notre chevalier qui accepte, tout simplement, et à l’intérieur de lui, il ressent qu’il est arrivé dans un endroit paisible (et ça, c’est la bénédiction) et très lumineux où il sait qu’il peut faire confiance au flux sacré qui coule à travers lui (et pas à son personnage/mentalité/ego,).

Donc, au passage, coup dans l’aile au mythe de la « confiance en soi » (gros programme à dissoudre dans nos mentalités parce qu’il fait la part belle/donne de l’importance au personnage et en même temps il casse l’élan naturel). Ainsi, sentez à l’intérieur de vous comme vous empêchez votre spontanéité/créativité de s’exprimer parce que vous croyez que vous n’avez pas confiance en vous. Comme ce truc de « confiance en soi » sert de prétexte/excuse à votre personnage qui ne veut pas laisser la place à l’élan de vie. Et comme cela crée de la lourdeur, de la frustration….. dur, dur de ne pas laisser le flux naturel s’exprimer !! Le personnage ne veut pas laisser la place parce qu’il a l’impression de « perdre », n’oublions pas qu’il croit encore au programme du perdant/gagnant. Car si vous n’avez pas « confiance en vous » alors vous « n’y arriverez pas » et donc vous êtes perdante….arriver à quoi au juste ? Très probablement à ce que votre personnage soit mis en avant d’une manière ou d’une autre, et de se prouver qu’il est fort, un vrai winner !! Croyez-vous que cela vous rendra plus heureuse ? Je connais un tas de gens qui se fixe des challenges toute leur vie, ils gagnent, et ils ne sont pas plus heureux que les autres. Parce que ce n’est pas au personnage qu’il faut accorder sa confiance !

Quand on parle de spontanéité, créativité, sacré, élan nature qui s’exprime, alors il ne s’agit pas de votre personnage, il n’a rien à voir la dedans (et la « confiance en soi »qui lui est rattaché, n’en parlons même pas !)

Et tous les chemins/réalités/existences sont vécus pour nous amener à cet endroit paisible et lumineux quoiqu’il nous en coûte ( en fait à la hauteur de notre résistance). C’est la seule « mission de vie » pour la plupart d’entre nous : apprendre à baisser la tête devant l’élan de vie, à faire ce qu’il y a à faire, s’ouvrir aux processus (les lois du Vivant comme je les appelle), passer de la rigidité à la souplesse, faire des prises de conscience…..Voyez encore comme ce concept de « mission de vie » est récupéré par le personnage/mental/ego pour se donner de l’importance, ce qui ne veut pas dire que certains d’entre nous n’auront pas quelque chose « d’important » à faire sur cette terre durant leur vie, mais ça, ce n’est pas le personnage qui décide, c’est la vie qui se fait.

Il faut être tout petit pour être grand. Quand le personnage est devenu très humble, il se la ramène pas parce qu’il n’a plus d’intérêts personnels. Il ne croit plus à rien, il n’a plus de désirs ou de besoins à combler, plus de rêve à réaliser, plus d’espoir, il ne courre plus après quelque chose, on ne peut donc plus l’appâter/le manipuler en lui tendant/faisant miroiter une carrotte car il sait qu’il n’y a jamais rien à gagner (il est libéré du programme « perdant/gagnant »). Tout cet abandon (abandon des programmes, des rêves, espoirs….) procure une grande détente, il est tranquille et paisible, l’énergie vitale n’est plus dispersée par des recherches servant le personnage (à ce stade, il a intégré que c’est vain car il n’a aucun contrôle), en conséquence, la vitalité de l’organisme est bonne et son cerveau va pouvoir fonctionner au meilleur de ses capacités (concentration, focalisation, réflexion,….mais jamais pour servir le personnage!).

Et c’est là que tout peut enfin commencer en vérité ! Votre personnage étant à terre, place au DIVIN ! Vos réalités se construisent/apparaissent/se font à partir d’un espace sacré.

A partir du moment où le personnage s’ouvre aux processus qui vont le rendre humble et qu’il a intégré que ce n’est pas lui qui doit sortir de l’ombre pour briller mais que c’est à travers lui que le Naturel Sacré (une forme de lumière) doit s’exprimer, alors il a du boulot !! C’est même un job à temps plein j’ai envie de vous dire !!

Il ne s’agit pas de se la couler douce! Car il faut intégrer un nouveau mode de fonctionnement qui favorise la VIE! Et c’est pour cela que le mental doit être utilisé !

Dès lors, il s’agit de SOUTENIR les processus naturels de détox en cours (alimentation, détente/repos/sommeil, respiration, mouvement, vivre ses émotions, ….) et de MAINTENIR les niveaux de consciences libérées du personnage (parce qu’il se peut qu’il se soulève encore parfois, le bougre ! Il n’est pas encore prix Nobel de la paix !!).

A partir de ces espaces purifiés, car nettoyés des perceptions erronées/renversées (parce qu’elles servent le personnage), certaines réalités prennent fin et laissent la place à des opportunités qui vont vous permettre de construire de nouvelles réalités dans la matière en correspondance avec le niveau de clarté/propreté de votre conscience. Le basculement est à l’oeuvre! Faites confiance au processus.

 

 

 

Créatrice du cours MENTAL DETOX et auteure des publications, Solenn est par ailleurs Naturopathe certifiée. Elle croit au pouvoir de la connexion intérieure et de la force lumineuse présente en chaque femme. Ce qui l’anime c’est d’amener ses clientes et lectrices à vivre leur meilleur chemin en incarnant la Happy Zen et Punky Attitude.